Report Lucie Antunes + La Colère ✷ Écouter nos playlists Spotify ✷ !* Le programme de janvier à avril 2024 est en ligne *!
arrow_back Retour

VOICE ACTOR + LAURE BETRIS

Deux concerts intimistes au Queen Kong Club qui invite à l’écoute et la déconnexion. Alors que le monde découpe sa vie en morceaux pour TikTok, Voice Actor fait l’échantillonnage de sons hip-hop des années 90, du spoken word feutré, du trip-hop brumeux et du folk lo-fi obscur. Avec Sent From My Telephone, Voice Actor invite à se poser des questions sur la manière d’écouter. Tout aussi enveloppant, Laure Betris présentera son album Colline de pierre qui allie synthétiseurs, voix chaude et guitare habitée. Une nouvelle aventure en solo introspective et immersive.

AG Culturel 0.- * / Carte Culture 5.-* / Prélocation 10.- / Caisse du soir 15.-
* Réservation par e-mail

Infos

Portes : 20h30
Concerts : 21h15
Fermeture : 00h00
Queen Kong Club
Dès 16 ans

CHF 10 - 15 Billetterie

Voice Actor (Royaume-Uni)

Voice Actor a été initialement conçu comme un projet radiophonique composé de 110 morceaux et envoyé sous cette forme au label Stroom. Le résultat est Sent From My Telephone, un corpus sonore étonnant, à classer quelque part entre ambient, musique expérimentale, Dream Pop et Noise. Une façon de revendiquer la force de l’imagination et l’existence d’un monde de possibles dans les interstices de la réalité.

Le coup de cœur de la Case Badman

Lo-fi Experimental Pop Urban Ambient

Laure Betris (Suisse)

Musicienne touche à tout, guitariste, chanteuse, autrice, compositrice et interprète, Laure Betris prend part à plusieurs projets collectifs dont Kassette et Berceuses. Elle se lance en 2021 dans un projet plus intime et en solo où des thèmes comme la mémoire, l’exil, la perte et la transmission sont abordés. Quelque part entre flashbacks et oubli, l’album Colline de pierre, prévu pour le 3 novembre 2023, fait dialoguer sa langue paternelle (le chaldéen, un dialecte irakien en voie de disparition) et maternelle (le français) au moyen d’une synthpop hybride, à la lisière d’une comptine downtempo et d’une ambient curviligne. À l’oreille, ça retentit comme un drift onirique, une chorégraphie où voix polymorphes et millefeuille rythmique laissent éclater un univers introspectif. Un dédale intimiste, consciencieusement brodé entre improvisation compulsive et écriture raisonnée.

Le coup de cœur de la Case Opra